• La roue tourne

     

    Tu as milles fois triché avec la vie,
    pendant un moment je pensais que nous étions maudits,
    je regardais ce spectacle ahurie,
    pourtant je devais faire partie du public averti.

    Les mots tu savais les manier avec honneur,
    et si habilement jouer avec mon cœur,
    parfois je voyais les trucs de tes tours,
    d'autres je me laissais aveugler sans détour.

    Telle une poupée désarticulée,
    tu étais devenu le maitre absolu de ma volonté,
    si je tentais de m'animer ou me réanimer,
    tel un enchanteur tu sortais ta flûte ensorcelée,
    là, seulement tu savais que je t'appartenais.

    Tu as plus de mille fois joué avec le feu,
    ton corps ,ton cœur, ta maladie,
    je t'ai suivie spectatrice de l'horreur,
    une descente aux enfers ,et plus d'un déshonneur.

    Tu as marqué mon cœur à vie,
    dans le meilleur mais beaucoup dans le pire,
    une belle marque au fer rouge qui apprend petit à petit à s'effacer,
    mais pour le faire j'en suis déterminée.

    Je ne t'ai jamais lâché la main,
    mais nous n'avons plus le même destin,
    il est certain que je dois emprunter un nouveau chemin,
    un qui sera moins houleux, moins tourmenté, plus serein.

    Tu as été la tempête ,l'ouragan,
    qui fait que je ne verrai jamais plus du tout la vie comme avant,
    malgré tout j'ai appris à grandir sans me laisser faiblir,
    même si j'ai faillit plus d'une fois faillir.

    J'ai appris grâce à toi que les opposés sont parfois très proches,
    la force et la faiblesse,
    la plénitude comme l'ivresse,
    l'amour comme la haine.

    Aujourd'hui je ne veux que l'amour en héritage,
    même si depuis quelques temps ,tu n'es plus dans le partage,
    plus rien ne sera pareil dorénavant,
    je me tourne du côté du soleil levant.

    A trop vouloir jouer ,
    tu as fini par te brûler les ailes,
    tu t'es perdu, tu ne t'es plus,
    que l'on ne dresse pas la colère comme un étendard .

    Je prends aujourd'hui un nouveau départ,
    un jour ou l'autre la roue tourne, la roue tourne........surtout pour celui qui sait saisir sa chance!!!

                                           


    votre commentaire
  • Butterfly

    Je suis une petite ,toute petite chenille,
    je suis restée coincée longtemps ,trop longtemps dans mon cocon ,
    pensant que c'était devenu ma maison,ma petite bulle d'émotion,
    je me suis convaincue que c'était la seule, tentant d'éviter que je ne m'éparpille.

    Je pensais avoir grandit, mais j'étais restée coincée au stade de chrysalide,
    une nymphe qui croyait avancer mais finalement s'est retrouvée en quelques sorte invalide,
    se laissant porter dans le mauvais sens, oubliant qu'il fallait finir le processus,
    en sortir et s'en sortir.

    Cela fait un moment que le cocon aurait dû s'ouvrir, me laisser m'échapper,
    me laisser voler avec volupté vers ma véritable destinée,
    j'ai oublié un temps que j'existais et qu'au dehors de mon enveloppe soyeuse,
    pouvait m'attendre une vie heureuse ,merveilleuse.

    Butterfly

    La clepsydre s'est arrêtée un long moment,
    je ne comprenais pourquoi je ne pouvais toucher plus rapidement le firmament,
    oubliant que je devais acquérir des ailes et les laisser glisser sur le vent,
    étant surprotégée , j'en ai souvent oublié de respirer.

    J'ai laissé assez souvent filer le temps,
    mais je suis doucement en train de me réveillée,
    il faut que je laisse mon évolution s'effectuer,
    laisser paraitre mon nouveau corps , et, laisser éclater de nouvelles possibilités.

    On ne peut pas dire que j'étais prisonnière,
    car je l'ai trop longtemps été volontaire,
    bloquée par la crainte et les peurs,
    dépassée par l'horreur des mauvaises rencontres qui ont causé mon malheur.

    Le cocon s'ouvre lentement,
    je vais bientôt éclore dans une nouvelle vie surprenante,
    je vais irradier , et commencer à m'envoler,
    de plus en plus haut et m'évader.

    Devenir papillon est naturel,
    et que la vie est belle!!!!

     

                         


    2 commentaires
  • Convalescence

     

    Je suis en convalescence,
    je retrouve petit à petit mon essence,
    mes sens se remettent petit à petit à fonctionner,
    mon cœur en panne commence à se réanimer.

    Je recommence à voir le relief,
    je retrouve doucement joie et ivresse,
    j'avais cesser de me battre,
    penser à  mon avenir me rendait lasse.

    Ma vie récupère petit à petit ses pigments,
    des couleurs primaires, aux couleurs or et argent,
    le cliché ternit semble se raviver,
    mon sourire doucement parait se décrisper.

    Le temps de la convalescence,
    temps où on  s'éloigne de sa solitude ,son absence,
    fonctions cérébrales réactivées,
    même si tout semble confus et mélangés.

    La mémoire a retrouvé ses capacités maximales,
    il va me falloir encore de la force pour me relever,
    petit à petit, étapes après étapes,
    j'ai décidé de ne pas oublier mais de continuer à avancer.

    Mon corps endolori petit à petit guérit,
    j'en redeviens maitre et désir plus que tout m'accomplir,
    avant que ne puisse revenir un jour le pire,
    ma conscience revient,je reprends mes esprits.

     

                        

     

    PS: je tiens à remercier mes mamans de cœur qui m'ont bien épaulés, les amis qui ne m'ont pas condamnés pour la distance prise.....et une autre personne dont je ne parlerai pas ici, mais qui se reconnaitra qui donne une nouvelle dimension à ma vie.Et aussi certains membres de ma famille qui m'aident à avancer.Je ne suis plus seule.


    votre commentaire
  • Absence

    Absence

     

    Personne ne peut comprendre la douleur d'une personne si il ne fait pas partie de sa vie,
    personne ne peut accuser quelqu'un si la personne n’est plus là pour se défendre,
    personne ne peut comprendre le grand sentiment d'échec qui anime une personne quand elle s'est faite rejeter,
    personne ne peut donner son avis sans avoir toutes les cartes en mains,
    personne ne peut se sentir toucher par la disparition de quelqu'un si cette personne est responsable de sa peine,
    personne ne peut parler à sa place,à part les personnes qui ont partagé sa vie et ses incompréhensions.

    Il y a des absences qui passent inaperçues, d'autres au contraire vous laisse le cœur à feu et à sang.
    Il y a des absences tellement grandes que même une foule ne peut rien faire pour la combler.

    Absence

    On se bat toute sa vie pour réaliser ses rêves, devenir la personne qu'on aimerait être , pour que ses enfants ne manquent de rien, mais au final ,on finit tous poussière, il faut vivre avec ,et se gâcher le moins la vie possible.Aujourd'hui, j'ai décidé envers et contre tous ,et tout de me battre pour m'en sortir quels que soient mes états d'âmes..........cela en vaut encore la peine.

     

     

     

    Lettre pour ton anniversaire:

     

    Bonjour mon amour,

       Aujourd'hui, tu devrais avoir 39 ans, on t’aurais quand même fait un gros gâteau d'anniversaire, celui que j'avais crée pour toi la forêt des îles, même si tu ne voulais pas qu'on te le souhaite ,car peu de personnes de ta famille ne te le souhaitais.Je serais venue te glisser un joyeux anniversaire dans le creux de l'oreille au lever, j'aurai tout planifié pour une super journée, les enfants auraient été supers heureux pour l'occasion.

    Malheureusement, la vie t'a arraché à nous d'une bien étrange façon, je sais que de là où tu te trouves ,tu nous guettes, tu sais que j'ai tout fait au maximum pour respecter tes volontés, j'ai faillit baisser les bras plus d'une fois face au super défi que la vie m'a demandé de relever, continuer seule ,sans toi.Les mots ne sont pas assez forts pour décrire tout ce qu'il s'est passé depuis juin.Reconstituer ce puzzle éclaté, retrouver un sens à sa propre existence, conjuguer tout au "singulier", car même si les enfants sont là,je suis seule face à toutes ces situations.Ton fauteuil, ton ordi ,tout est vide.Je ne me peux m'empêcher de repenser à ses dix huit ans chaotiques ,j'avoue, à la naissance de nos trois loulous, de nos indécrottables habitudes.Puis j'observe tout ce qui n’est pas allé, malgré tout ce que je t'ai donné, et je m'aperçois que ta mort n'a rien changé, certaines personnes ont toujours les mêmes comportements ,s’approprient notre malheur, et surtout n'ont rien retenus de leurs erreurs.
    Mais ,j'ai appris à me débrouiller seule, à ne plus vivre dans ta douleur, j'ai de belles choses à réaliser pour moi et nos petits bouts.Je suis juste un peu déçue que de tels drames ne réveillent pas assez les consciences, mais bon l'homme a ses faiblesses, et beaucoup trop de fierté mal placée.Je ne leur répondrai plus ,ces personnes connaissent leurs torts.Je donne aujourd'hui, ce dernier coup de pieds au passé, pour remettre les choses à leur place, je ne suis pas une victime, je n'ai pas besoin d’apitoyer les gens pour me sentir exister.Plusieurs chemins se présentent à moi, il ne me reste plus qu'à faire les bons choix.

    De notre histoire, j'ai des milliers de souvenirs, je ne garderai que le meilleur, j'ai eu de la chance de voir qui tu étais vraiment ,et de comprendre qui tu aurais dû devenir si tu avais bien été accompagné.Tu ne m'a pas lâché la main une seule fois malgré tout, et je ne te lâcherai pas quels que soient les choix que je vais faire.Personne ne t'oubliera, tu étais unique, et tu le resteras pour nous et tes amis.

    Aujourd'hui, je peux commencer ma nouvelle vie, c’est une manière pour moi de te dire reposes en paix, et qu'on a de la chance d'avoir de nouveaux anges pour nous protéger.Je ne suis pas la meilleure des personnes, mais tu sais à quel point j'ai été sincère.

    Absence

     

     

     

       

    Ce n’est qu'un au revoir..............et merci pour cette dernière super année, on y aura tous cru!!!!!!

     

                                    

                                   

     


    votre commentaire
  • Le chemin

                                          Le chemin

    Longtemps , j'ai hésité ,
    sur le chemin à emprunter.
    J'ai choisir celui du bonheur,
    même si il n'est pas toujours parsemé de fleurs.

    Je laisse aux autres leurs incompréhensions,
    leur culpabilité et leur honte,
    leur non-dits, leurs mensonges.

    La vie n'est plus affaire à tout contrôler,
    qui m'aime me suive, les autres je vais les éjecter.
    Longtemps ,je me suis laissée faire,
    à 35 ans passé ,je ne veux plus croiser le fer.

    Je guéris doucement, j'accepte l'inacceptable,
    je tente de m'inventer une nouvelle fable,
    où tout serait plus stable,
    et, trouver de nouveaux trésors inestimables.

    Toute une vie à tenter d'être accepter telle que je suis,
    mais cela me cause un profond ennui,
    je découvre petit à petit une nouvelle réalité,
    que malgré certaines injustices de la vie, un espoir peu subsister.

    Un cœur brisé peut de nouveau battre,
    une vie détruite reconstruite,un désir inavoué, enfin dévoilé,
    une tristesse profonde balayée, effacée.


    2 commentaires