• Cicatrices invisibles

    Cicatrices invisibles

    Il y a des douleurs qui ne se voient pas ,
    qu'on enfouit par habitude tout au fond de soi.
    Un mal que soi-même avons du mal à quantifier.
    On reste là,à tenter en vain d'arrêter l'hémorragie,
    on se renferme dans un monde imaginaire,
    on ne supporte plus la réalité,
    à un tel point qu'on tente de l'effacer.

    Certains pourront comparer cela à de la lâcheté ,
    à une grande faiblesse,
    mais le fait est que ta croix au fil des années ,
    et des épreuves est devenue trop lourde à porter.
    Tu as eu trop souvent l'impression de couler.
    Ta force est  maintenant de reconnaitre tes erreurs,
    et tu es près  d'effacer l'horreur dont tu as été victime.

    Aujourd'hui comme hier ,je tremble pour ta santé,
    toi qui t'es totalement laissé coulé,
    pendant des jours devant ton ordi tu laissais le temps filer,
    et nous spectateur on se sentait complètement dépassé.
    Des années durant on s'est senti abandonné,
    et contre un sacré mur ,je me suis souvent écrasée.

    Maintenant,je suis certaine que tu veux t'en sortir,
    tu en as fini avec ces personnes qui n'ont fait que te trahir,
    qui t'ont accusé sans savoir que tu pouvais vivre le pire.
    Tu n'as pas tenté de te suicider au sens propre du terme,
    mais en fin de compte c'est revenu au même,ta santé en a sacrément  pris un coup.
    Le nom de ta maladie:"obésité morbide",
    s'est plus qu'accentuée,
    ta tension a fait plus que de monter,
    le médecin en a blémit quand il te l'a annoncé,
    26 avec autant,tu aurais déjà dû être alité.

    Acceptes cette opération qui pourrait te sauver la vie,
    et réellement te l'améliorer,laisses tomber ta croix sur le côté,
    effaces ta craintes et penses à ceux qui t'aiment,
    La dépression a eu des airs de fatalité,
    mais tu as le pouvoir d'enfin tout changer.

    Cicatrices invisibles

    Souvent,on ne sait pas ce que vivent les gens,on les rend responsables de choses sans se dire que finalement ,ils peuvent vivre le pire  .Je tiens tout de même à dire que tout en sortant de ma dépression ,j'ai dû porter seule mon homme ,mes enfants, ma maison.Je suis reconnaissante envers les personnes qui on tenté sérieusement de m'aider.Pour ceux qui ont accentué ce mal,je dis seulement  bravo,la plus facile des choses aurait été d'ouvrir quelques peu son coeur,et apaiser ses terreurs,et arrêter de mettre vos exigences en avant.C'est pour cela que j'ai été très en colère quand j'ai vu certains comportements.La souffrance n'a pas d'âge,pas de couleur,pas de sexe.Si on n'oublie la haine on est capable de déplacer des montagnes.Je ne dis pas ça pour me plaindre ,loin de là,on ne s'est jamais plaint,on ne s'est jamais fait passé pour des victimes dans cette histoire.Je sais qu'on a frôlé le pire,mais rien n'est gagné,un gros combat va bientôt s'engager.

     

                                               

    Comme un fou va jeter à la mer
    Des bouteilles vides et puis espère
    Qu'on pourra lire à travers
    S.O.S. écrit avec de l'air
    Pour te dire que je me sens seul
    Je dessine à l'encre vide
    Un désert

    Et je cours
    Je me raccroche à la vie
    Je me saoule avec le bruit
    Des corps qui m'entourent
    Comme des lianes nouées de tresses
    Sans comprendre la détresse
    Des mots que j'envoie

    Difficile d'appeler au secours
    Quand tant de drames nous oppressent
    Et les larmes nouées de stress
    Etouffent un peu plus les cris d'amour
    De ceux qui sont dans la faiblesse
    Et dans un dernier espoir
    Disparaissent

    Et je cours
    Je me raccroche à la vie
    Je me saoule avec le bruit
    Des corps qui m'entourent
    Comme des lianes nouées de tresses
    Sans comprendre la détresse
    Des mots que j'envoie

    Tous les cris les S.O.S.
    Partent dans les airs
    Dans l'eau laissent une trace
    Dont les écumes font la beauté
    Pris dans leur vaisseau de verre
    Les messages luttent
    Mais les vagues les ramènent
    En pierres d'étoile sur les rochers

    Et j'ai ramassé les bouts de verre
    J'ai recollé tous les morceaux
    Tout était clair comme de l'eau
    Contre le passé y a rien à faire
    Il faudrait changer les héros
    Dans un monde où le plus beau
    Reste à faire

    Et je cours
    Je me raccroche à la vie
    Je me saoule avec le bruit
    Des corps qui m'entourent
    Comme des lianes nouées de tresses
    Sans comprendre la détresse
    Des mots que j'envoie

    Tous les cris les S.O.S.
    Partent dans les airs
    Dans l'eau laissent une trace
    Dont les écumes font la beauté
    Pris dans leur vaisseau de verre
    Les messages luttent
    Mais les vagues les ramènent
    En pierres d'étoiles sur les rochers

     


  • Commentaires

    1
    Maltheia Profil de Maltheia
    Jeudi 22 Août 2013 à 10:23

    Puisse t il prendre les meilleures décisions pour le plus haut bien de lui même et de ceux qu'il aime. 

    Et plus besoin de se justifier ou de chercher des explications. Le passé est totalement dépassé une fois qu'on avance dans le présent. Et le futur, il adviendra assez vite. 

     

    2
    Mylann Profil de Mylann
    Jeudi 22 Août 2013 à 10:59

    Tout à fait d'accord avec toi,mais c'est vrai que n'ayant jamais écrit là dessus,on aurait pû penser que la souffrance n'existait pas ,mais elle a bien été là,et aujourd'hui elle s'est envolée!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :